Egon Schiele & Jean-Michel Basquiat à la Fondation Louis Vuitton

Hey !

Un (gros) article un peu spécial et qui me tient à coeur aujourd’hui ! Je ne parle pas si souvent que ça d’art sur le blog, du coup ça me fait plaisir de partager avec vous des créations qui me touchent. J’ai passé 4 ans en école d’arts, ça a été une période ultra importante dans ma vie et dans ma construction de manière générale. J’y ai forgé mes goûts, cultivé ma créativité (que j’ai un peu perdue depuis :(). Et à l’époque, j’étais dingue de l’oeuvre de Jean-Michel Basquiat. J’ai tout de suite accroché à son langage pictural. Les couleurs vives, les compositions super dynamiques, le mélange du trait et de l’écriture, tout me plaisait et je m’en inspirais même beaucoup pour mes propres créations. Je mettais des petites couronnes partout haha. Egon Schiele, lui, j’en entendais surtout parler en cours et en histoire de l’art. Je l’ai toujours considéré comme une référence en matière d’étude du corps humain. J’avais des cours de « dessin de modèles vivants » (comprendre qu’on est installés devant une estrade sur laquelle il y a un mec / meuf à poil qu’on doit dessiner) et sur la fin, je copiais Schiele presque sans m’en rendre compte. Ma mère, qui a aussi vu l’exposition à la Fondation Louis Vuitton, m’a même fait la réflexion :  »Egon Schiele je connaissais pas trop mais ça m’a beaucoup rappelé tes dessins de nu qui sont encore à la maison ». Bref, on passe tous par là dans les écoles d’arts, on imite nos modèles.

Vous aurez compris que quand j’ai eu vent de la tenue d’une exposition Schiele / Basquiat à la Fondation Louis Vuitton, j’ai été emballée. En plus, je ne connaissais pas le lieu vraiment magnifique à l’extérieur (oui j’y ai fait des photos de tenue haha) comme à l’intérieur. Et l’exposition était conséquente. Plus d’une centaine de toiles. Surtout des dessins pour Schiele, et beaucoup de grandes toiles et acryliques sur panneaux de bois et autres objets pour Basquiat. J’ai moins aimé la première partie, celle d’Egon Schiele. C’était sombre. Les oeuvres, toutes de taille similaire, ne respiraient pas bien entre elles. J’ai quand même eu plaisir à revoir le trait si juste et torturé d’Egon Schiele. Quant à Basquiat, j’en attendais beaucoup et je n’ai pas été déçue. Quant on entre dans sa partie, la lumière se fait. C’est lumineux, grand, beau. Je connaissais déjà toutes les toiles mais pour la plupart je ne les avais jamais vues en vrai, seulement 2 ou 3 à Pompidou. Il y avait même mes préférées. C’était fantastique. J’ai pris des photos et réalisé un montage en forme de visite guidée, j’espère que ça vous plaira et vous donnera envie d’y aller.

Egon Schiele & Jean-Michel Basquiat
à la Fondation Louis Vuitton
8, Avenue du Mahatma Gandhi
Bois de Boulogne
75116 Paris
+33 1 40 69 96 00
https://www.fondationlouisvuitton.fr/fr.html

egon-schiele-basquiat-art-show-paris-fondation-louis-vuitton-2019egon-schiele-basquiat-art-show-paris-fondation-louis-vuitton22

sig-copie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous pourriez aussi aimer ...

5 commentaires

    1. Hummmm peut être chez Schiele au niveau de la palette de couleur très chaude, ça peut rappeler certaines toiles de Lautrec puis l’omniprésence des femmes aussi… mais perso je les avais jamais rapprochés 🙂 Basquiat par contre, je vois aucun point commun

Alors, vous en pensez quoi ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.